BlogOstraca solution
Gouvernance des données

L'Europe veut réduire l’impact des centres de données sur le climat d'ici 2030

Nicolas Verlhiac
15 juin, 2021
5 min

Fin janvier 2021, les principaux fournisseurs de cloud, les opérateurs de centres de données et les associations du secteur informatique ont signé un “Pacte pour des centres de données neutres sur le plan climatique” européen.

Un objectif ambitieux : d’ici 2030, tous les centres de données en Europe devraient fonctionner de manière durable, c’est-à-dire sans augmenter la quantité de gaz nocifs pour le climat dans l’atmosphère. Ce faisant, ils se conforment à une exigence de l’UE.

Vidéos, services en cloud, données de capteurs provenant d’installations industrielles et d’autres appareils IoT, ou encore informations issues d’innombrables applications professionnelles : la quantité de données disponibles augmente de manière exponentielle sous l’effet de la numérisation. Les centres de données jouent un rôle central dans ce processus, car c’est là que l’énorme quantité de données est traitée. La demande continuera d’augmenter à l’avenir. Toutefois, cela signifie également que la consommation d’électricité devrait continuer à augmenter.

Cela serait en contradiction avec le « Green Deal » européen, le plan d’action visant à créer une Europe climatiquement neutre d’ici à 2050. Dans un premier temps, les émissions de gaz à effet de serre doivent être réduites de 50 à 55 % d’ici à 2030 par rapport à 1990. Les centres de données doivent y contribuer. Peu de temps après l’adoption du contrat vert de l’UE, la Commission a publié le document “Shaping Europe’s Digital Future” (façonner l’avenir numérique de l’Europe), dans lequel figure la demande suivante : “Les centres de données […] peuvent et doivent devenir neutres sur le plan climatique d’ici 2030”. Avec le “Pacte pour des centres de données climatiquement neutres”, les signataires veulent répondre à cette demande. Il s’agit d’une initiative d’autorégulation.

Parmi les signataires figurent les entreprises les plus importantes du marché des centres de données, dont des noms illustres comme Amazon Web Services, Atos, IBM, Equinix, Google, Microsoft, Scaleway ou OVHcloud. En outre, il existe des associations professionnelles d’opérateurs de centres de données dans de nombreux pays européens. Ils s’engagent tous en faveur du Green Deal européen et de l’utilisation de la technologie et de la numérisation pour atteindre l’objectif d’une Europe climatiquement neutre d’ici 2050. Avec les mesures suivantes, l’initiative vise à rendre les centres de données climatiquement neutres d’ici 2030.

Améliorer l’efficacité énergétique


En Europe, les centres de données et les salles de serveurs doivent répondre à des normes élevées en matière d’efficacité énergétique. Les nouveaux centres de données doivent atteindre un objectif annuel de PUE (Power Usage Effectiveness) de 1,3 (dans les climats frais) ou de 1,4 (dans les climats chauds) d’ici 2025 et les centres de données existants d’ici 2030 s’ils ont une puissance de plus de 50 kilowatts. Plus la valeur PUE est proche de 1,0, plus le centre de données est économe en énergie. En outre, les associations professionnelles cherchent toujours à concevoir une nouvelle mesure d’efficacité plus stricte pour les centres de données.

La valeur PUE mesure la quantité d’énergie utilisée qui est effectivement convertie en puissance de calcul. Le PUE est le rapport entre l’énergie totale utilisée dans le centre de données (consommation électrique totale de l’installation) et l’énergie consommée par les équipements informatiques (consommation électrique des équipements informatiques). La puissance des équipements informatiques est la consommation électrique de tous les équipements informatiques du centre de données, c’est-à-dire les serveurs et autres ordinateurs, les systèmes de stockage et de réseau, les commutateurs, les moniteurs et autres équipements périphériques et de télécommunications. L’énergie totale de l’installation comprend non seulement la consommation d’énergie pour l’informatique, mais aussi les coûts d’énergie pour l’infrastructure qui soutient les opérations informatiques. Cela comprend des systèmes tels que les onduleurs, les dispositifs de commutation, les batteries, les systèmes de refroidissement, les pompes, l’éclairage, etc.

Sources d’énergie durables

D’ici 2025, les centres de données devraient couvrir 75 % de leurs besoins en électricité avec de l’énergie produite de manière durable ou renouvelable, et 100 % d’ici 2030.

Réduire la consommation d’eau

D’ici 2022, les opérateurs de centres de données définiront un objectif annuel individuel d’efficacité de l’utilisation de l’eau (WUE) ou une autre mesure d’économie d’eau. L’objectif exact de la mesure de l’eau dépendra des spécifications de chaque centre de données. Les nouveaux centres de données devraient atteindre leur objectif d’ici 2025, les centres de données existants d’ici 2030 au plus tard.

Plus de réparation et de recyclage


En outre, les signataires du Pacte pour un centre de données climatiquement neutre veulent examiner leurs serveurs, leurs équipements électriques et leurs composants pour voir dans quelle mesure ils peuvent être réutilisés, réparés ou recyclés. L’objectif est d’augmenter le nombre de serveurs réparés ou réutilisés et de fixer un taux de déploiement d’ici 2025.

Le retraitement du matériel informatique (matériel reconditionné) se présente en fait comme une alternative durable et économe en ressources.

Contexte : Il est écologiquement préférable d’utiliser le matériel le plus longtemps possible. Les entreprises peuvent achèter principalement des composants de réseau tels que des serveurs, des routeurs ou des commutateurs d’occasion et les remettre à neuf. Ces appareils présentent une faible usure et proviennent généralement de clients vivant dans un environnement sans poussière et non pollué. Cela signifie que l’effort de remise en état est moindre par rapport à d’autres appareils. En outre, le prix des serveurs, des routeurs et des commutateurs est très stable et leur valeur résiduelle reste élevée après cinq ans.

Les montagnes de déchets se multiplient dans le monde entier

Les montagnes de déchets électriques font partie des flux de déchets dont la croissance est la plus rapide au monde. Le traitement des déchets est associé à de nombreux problèmes. Les polluants qu’il contient, tels que le cadmium, le mercure et le plomb, représentent une charge considérable pour le climat et l’environnement. En même temps, les appareils contiennent de nombreuses matières premières précieuses qui peuvent être recyclées, comme le cuivre ou le fer.

Les déchets électroniques, en Europe, sont généralement déposés trop rarement dans les centres de recyclage, malgré tous les efforts déployés pour améliorer le taux de collecte

Mais Cocorico : du côté des taux de collecte Français, l’hexagone atteint un taux de recyclage de 73 % en 2018, ce qui représente 796 414 tonnes de déchets d’équipements électriques et électroniques sur près de 939 millions d’équipements mis sur le marché la même année.

Sans grande surprise (c.f: taille de population), la plus grande quantité de déchets électroniques est générée en Asie et en Amérique, avec 2 millions de tonnes en 2019, avec l’Allemagne comme l’un des leaders Européen.

Une grande partie des déchets électriques finissent dans les décharges en Afrique. Selon les estimations des Nations unies, entre 20 et 50 millions de tonnes d’appareils mis au rebut finissent chaque année dans des décharges.

Mieux utiliser la chaleur perdue


Un bon moyen d’économiser l’énergie est d’utiliser la chaleur résiduelle des centres de données. Les exploitants de centres de données cherchent donc des moyens de se raccorder aux réseaux de chauffage locaux et urbains et d’alimenter les systèmes voisins en chaleur résiduelle de manière écologique et rentable.

Le problème : en règle générale, il n’est pas intéressant pour les exploitants de centres de données de vendre la chaleur perdue, car la chaleur est surtout nécessaire en hiver. Et en hiver, les températures extérieures froides permettent de refroidir très efficacement les centres de données grâce au free cooling. En outre, il y a actuellement trop peu de réseaux en Europe qui pourraient absorber la chaleur perdue. Les questions juridiques et financières restent également ouvertes.

Certificats et futur


Les représentants des associations professionnelles de centres de données et des entreprises qui ont signé l’initiative, ainsi que la Commission européenne, se réuniront à l’avenir deux fois par an pour faire le point sur cette initiative. Au plus tard le 1er juillet 2023, les signataires certifieront leur conformité avec l’initiative. La première période de mesure est fixée à 2022, et la recertification sera requise quatre ans après le premier certificat - une période relativement longue.

L’initiative européenne en faveur de centres de données neutres sur le plan climatique est la bienvenue. On ne peut qu’espérer que ce pacte ne reste pas lettre morte, mais que l’industrie des centres de données mette réellement en œuvre ses propres spécifications. Affaire à suivre …


Tags

#datacenters#data#climat#europe

Articles en rapport avec ce sujet

Datacenters et changement climatique : enjeux et nouvelles limites

25 mai, 2021
7 min
© 2021, Ostraca Forensic Tous droits réservés.

Ostraca

Notre solutionNous contacter

Suivre l'actu